Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

ASLOCA GENÈVE - Votations cantonales du 5 juin 2016: Votez et faites voter NON à la loi 11408

Genève, 30 mai 2016

L’ASLOCA Genève a lancé deux initiatives pour favoriser le logement et combat la loi 11408, qui vise à démanteler la LDTR. Signez les deux initiatives de l’ASLOCA et votez NON le 5 juin à la loi 11408.

Se loger est un besoin fondamental. La construction et la gestion du parc immobilier sont toutefois laissées largement en mains privées, hors du contrôle démocratique et soumises à la spéculation. Les habitants se heurtent à l’appétit des investisseurs et des bailleurs qui veulent des bénéfices aussi importants que ceux que la Bourse leur offrait avant la crise de 2007. Il en découle de fortes hausses de loyer, principalement lors du changement de locataire, ainsi qu’une politique du logement axée sur les habitations de standing et sur la vente.

Protection des locataires

En 2015, 40% des logements construits étaient des villas et des PPE, alors que moins de 25% de la population a les moyens d’acheter. Cette contradiction n’est pas nouvelle et a conduit les locataires à s’organiser pour acquérir des droits et les défendre. La protection des locataires a été obtenue de haute lutte. A Genève, elle est contenue principalement dans deux lois: la LGZD (pour les nouveaux logements) et la LDTR (pour les logements existants).

Les milieux immobiliers ont réalisé d’importants profits depuis 2000, en exploitant au maximum la position de Genève sur le marché international du négoce et de la finance. Ils ont pu louer ou vendre très cher à de hauts cadres d’entreprises multinationales notamment.

La crise s’installe et ralentit la hausse des profits des propriétaires, qui tentent de maintenir la bulle immobilière en libéralisant le marché. Les milieux immobiliers et leurs représentants politiques multiplient les attaques contre la protection des locataires et les lois destinées à empêcher la spéculation.

En prétextant favoriser le locataire en place et lui permettre d’acheter son logement, les milieux immobiliers souhaitent en réalité affaiblir sa protection. Celui qui ne pourra ou ne voudra pas acheter verra son bail résilié.

Les propriétaires remettent au goût du jour les congésventes. Ainsi, pour contrer la loi 11408, qui vise à démanteler la LDTR, l’ASLOCA Genève a lancé en janvier 2016 le référendum «Stop aux attaques contre la LDTR».

Se défendre n’est pas suffisant. Il faut aussi inverser la tendance pour les nouveaux logements et permettre à la majorité des habitants de se loger. L’ASLOCA Genève poursuit sa politique en faveur des locataires par deux nouvelles initiatives pour garantir que les 80% des nouveaux logements soient destinés à la location, avec un loyer contrôlé, et que la part de logements sociaux soit augmentée pour rattraper le retard pris. En comparaison, la ville de Zurich, qui affiche autant d’habitants que le canton de Genève, compte 26% de logements sans but lucratif, et ce pourcentage devrait atteindre 30% suite à une votation populaire. A Genève, à peine 15% des nouveaux logements sont sans but lucratif.

Il est donc essentiel que les locataires genevois se mobilisent pour défendre leurs droits et dire non aux milieux immobiliers, qui considèrent que leurs profits ne sont jamais suffisants . L’ASLOCA Genève recommande de:


PRÉCISIONS

L’attitude de la Ville de Genève n’est pas aussi exemplaire que Sandrine Salerno le prétend dans le Droit au logement de mars 2016 (DAL 224). Nous avons en effet dû contester ces dernières années plusieurs résiliations de bail données par la Ville de Genève pour sousoccupation, y compris à des personnes âgées. Souvent nous constatons que la résiliation précède le dialogue, alors que cela devrait être l’inverse.

Ajouter un commentaire