Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

ASLOCA GENÈVE - Votations du 5 juin 2016: Les locataires ont su préserver leurs droits

Genève, 14 septembre 2016

Lors des votations cantonales du 5 juin 2016, les locataires genevois ont refusé que le parc locatif devienne le terrain de jeu des spéculateurs immobiliers. Bravo!

Lors de la votation cantonale du 5 juin 2016, les locataires genevois ont donné une belle leçon aux milieux immobiliers. Ils ont refusé le démantèlement de la principale loi de protection des locataires (LDTR) et empêché le retour des congés-ventes. Par trois fois, en 1985, en 2004 et enfin en 2016, les locataires ont soutenu la LDTR et indiqué qu’ils ne voulaient pas que le parc de logements à louer soit le terrain de jeu des spéculateurs. Les milieux immobiliers, craignant la fin de la hausse de leurs profits, espéraient tirer les marrons du feu en vendant à la découpe les immeubles au plus offrant et en expulsant les locataires hors du canton.

De tous les combats

L’ASLOCA a combattu cette énième attaque contre les locataires et continuera à les défendre de manière individuelle, collective et politique. Les milieux immobiliers n’en ont pas fini. Deux mois après leur défaite du 5 juin 2016, l’un de leurs représentants, le député et propriétaire immobilier Ronald Zacharias, a annoncé aux médias qu’il poursuivrait cette croisade du fric en lançant une initiative sur le même projet que celui refusé le 5 juin 2016. Il semble que l’on ne peut que constater qu’à Genève les milieux immobiliers ne respectent la volonté populaire qu’à la condition qu’elle leur donne raison! A suivre...

Droits renforcés

La LDTR et les droits des locataires sortent renforcés de ce scrutin, mais il s’agit d’une victoire d’étape. Si ces droits ont le mérite d’exister, ils sont insuffisants pour faire face à l’ampleur de la spéculation qui gangrène l’immobilier. Trop de terrains disponibles à la construction servent à bâtir des logements hors de prix destinés aux quelques rares personnes qui peuvent se les payer. Il ne s’agit bien entendu pas de prôner les «Mietskasernen» de l’Allemagne de l’Est, comme l’affirment de manière caricaturale les milieux immobiliers lorsqu’un projet politique menace leurs profits. Mais est-il acceptable de voir des promoteurs construire – comme aux Charmilles – des duplex en PPE de 320 mètres carrés avec jacuzzi sur terrasse, alors que cette surface pourrait aisément loger trois familles de quatre personnes?

Trois initiatives en cours

L’ASLOCA avec ses partenaires politiques et associatifs a lancé trois initiatives fédérale et cantonales pour favoriser la construction de logements à loyer abordable, afin que les salariés et les retraités trouvent à se loger. Les deux initiatives cantonales ont déjà été déposées et devraient être votées en 2017, l’initiative fédérale va bientôt être déposée.

Il est plus que temps de siffler la fin de la spéculation et de se battre pour que la population résidente cesse d’être expulsée du canton. Il est indigne que les salariés doivent quitter Genève lorsque a sonné l’heure de la retraite. Sans réaction, cette situation va se dégrader, surtout si la réforme des retraites de la majorité politique au Parlement fédéral était acceptée (baisse du taux de conversion du 2e pilier) et si l’initiative «AVSplus: pour une AVS forte» (augmentation de 10% des rentes du 1er pilier) était refusée le 25 septembre 2016. Date est donc prise pour les batailles à venir!

Ajouter un commentaire