Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

JURA: Non à la politique de la Ville de Délémont!

Jura, 27 janvier 2014

La population de la capitale jurassienne sera appelée à se prononcer en mai 2014 sur les référendums lancés contre la vente de deux bâtiments communaux à Delémont. L’ASLOCA TransJura soutient ces référendums.

Automne 2013, une annonce paraît dans la presse locale jurassienne. La Vi l le de Delémont met en vente deux immeubles communaux. L’un abrite l’association La Puce Verte, un lieu d’accueil et de socialisation pour enfants et adultes accompagnants, ainsi que deux appartements. Le second immeuble se compose de quatre appartements dont les loyers modérés permettent à des personnes à revenus modestes de se loger.

Le Conseil de ville delémontain a accepté la vente de ces biens immobiliers par 22 voix contre 18. Décision qui conduit le Parti socialiste delémontain et le groupe CS-POP-Verts à lancer un double référendum. La récolte de signatures, soutenue par l’ASLOCA TransJura, aboutit en un temps record avec plus de 900 paraphes. L’objectif principal des référendaires est de rappeler qu’une collectivité, en possédant des objets immobiliers, peut proposer des loyers modérés aux familles à faible revenu et ainsi garantir une cohésion sociale. Le deuxième objectif veut démontrer l’importance pour une capitale de soutenir la vie associative en offrant des possibilités de location attractives pour des activités utiles à tous. L’intérêt public est bien là, qui permet d’offrir des conditions cadres pour les associations qui contribuent au lien social.

Dilapider le patrimoine communal

Tout comme la gauche delémontaine, l’ASLOCA TransJura ne comprend pas la politique de la Ville qui vise à se défaire de bâtiments qui ne sont prétendument pas rentables. Nous estimons au contraire qu’il est important que la Ville mette à disposition des associations et des locataires des logements à prix modéré. Les loyers en ville étant de plus en plus chers, l’ASLOCA regrette que les autorités de Delémont désirent se débarrasser d’une partie de leur patrimoine immobilier.

Déjà un ballon d’essai

La Ville n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai. Il y a trois ans, en 2010, le Conseil communal avait essayé de se séparer de cinq bâtiments municipaux. L’immeuble de la rue des Granges qui abrite la permanence de l’ASLOCA TransJura était alors concerné tout comme les deux biens qui font l’objet des référendums actuels. Face au tollé provoqué à l’époque par cette décision, le Conseil communal avait fait marche arrière. Le Conseil de ville avait dans la foulée adopté une motion visant à renforcer ses compétences en matière de patrimoine immobilier communal.

L’ASLOCA TransJura constate aujourd’hui que la politique de la Ville de Delémont n’a pas changé et qu’elle essaie à nouveau de se séparer de bâtiments «qui ne sont plus rentables», malgré le fait qu’ils abritent des associations ou des locataires à revenus modestes. On ne peut donc qu’encourager les Delémontain/es à dire NON à la vente de ces immeubles.

Ajouter un commentaire