Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

VAUD: Toujours au combat!

Vaud, 6 septembre 2013

Pour fêter ses 40 ans,la section morgienne de l'ASLOCA a organisé au printemps dernier une petite soirée en s'inspirant de la fameuse émission de télévision «Le fond de la corbeille». Bonjour l'ambiance!

Pour marquer l'anniversaire de l'ASLOCA Morges, fondée il y a 40 ans, le comité a eu l'idée de faire un retour dans le passé en mettant sur pied une revue de presse ludique en collaboration avec Yvan Schwab, membre du comité du théâtre des Trois P'tits Tours à Morges. La soirée a été conçue en reprenant la forme de cette vénérable émission qu'était «Le fond de la corbeille», diffusée à la Télévision suisse romande de 1989 à 2003.

Ainsi sur scène, et devant un public formé de quelque quatre-vingts membres de la section, pas moins de trois présidents – anciens et actuel – se sont amusés à mettre en lumière une quinzaine d'anecdotes marquantes de l'ASLOCA Morges. Permettez-moi de vous en conter deux qui feront certainement écho à votre mémoire de locataire.

413 logements vacants

Il fut un temps béni en 1975 où Morges détenait «un record avec 413 logements vacants», à en croire 24 heures du 19 mars de cette année-là. L'article mettait au banc des accusés le prix élevé des loyers car je cite: «Les logement inoccupés (et les autres aussi) étaient trop chers.» Les temps changent, mais les loyers restent trop chers. Le taux de vacance morgien de 1975 ne reste plus qu'un doux souvenir. Aujourd'hui, il se chiffre à 0,03%. La commune est en situation de pénurie de logements!

L’assaut à la Tour du Moulin

Autre souvenir au titre évocateur en 1994: «A Morges, l'ASLOCA donne l'assaut à la Tour du Moulin.» Preuve ici que ce n'était pas nécessairement mieux avant! En effet des travaux devisés à plus de 9 millions étaient prévus sur cette tour de 17 étages située au nord de la gare. En substance nous dit l'article: «Les hausses de loyer prévues frisaient les 48%.» Seize locataires se sont opposés collectivement au bailleur, la Caisse de pensions de l'Etat de Vaud, en formant opposition à l'enquête publique.

C'est avec le soutien de l'ASLOCA et de Me Jean-Michel Dolivo qu'ils demandèrent le diagnostic de l'immeuble pour analyser si les travaux envisagés étaient proportionnels avec l'objectif recherché, à savoir l'amélioration thermique du bâtiment. En conclusion, citons l'article de presse du 3 avril 1995 sur ce sujet: «Les hausses de loyer sont été sensiblement réduites. (…) Les locataires ont bénéficié d'une indemnité correspondant à deux mois de loyer au lieu d'un. (…) Au final, cette affaire aura confirmé, si besoin était, que des locataires déterminés ont certains pouvoirs quant aux travaux décidés par leurs propriétaires, pour autant qu'ils soient informés de leurs droits et qu'ils les fassent valoir.»

Fidèle à ses objectifs

Durant ces quarante années l'ASLOCA Morges est ainsi restée fidèle à ses buts tels qu'on pouvait les lire le 3 mai 1971 dans un article de 24 heures: «Informer les locataires sur leurs droits, les conseiller et les défendre, les représenter auprès des pouvoirs publics.»

Ajouter un commentaire