Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

INTERNATIONAL - Géorgie: Un toit pour les réfugiés dans leur propre pays

Suisse Romande, 30 mai 2016

Des milliers de Géorgiens, réfugiés dans leur propre pays, vivent depuis des décennies dans des abris de fortune. Par la construction de logements sociaux, la coopération technique suisse (DDC) contribue à améliorer la situation des personnes déplacées ou socialement défavorisées.

Le rêve de la Géorgie d’accéder pacifiquement à l’indépendance aura été de courte durée. Après que cet Etat du Caucase s’est libéré du joug soviétique en avril 1991, de sanglants conflits ont éclaté dans les régions séparatistes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie. Quelque 260 000 personnes ont été chassées de chez elles. La moitié d’entre elles vivent aujourd’hui encore dans des abris de fortune. Il leur est pratiquement impossible de retourner sur leurs terres d’origine, qui continuent d’être la proie de conflits.

Dodo Lakia est l’une de ces personnes déplacées. Lorsque des troupes paramilitaires ont massacré en 1993 des milliers d’habitants dans sa ville natale de Soukhoumi, capitale de l’Abkhazie, elle a fui avec son mari et leurs deux filles. «Pendant dix ans, nous avons vécu dans l’enceinte d’une ancienne usine chimique. Notre santé en a fortement pâti», raconte cette femme de 54 ans. Elle habite aujourd’hui avec sa famille à Zougdidi dans un complexe d’appartements sociaux financés par la DDC. «Ici, nous sommes heureux et en sécurité, même si nous nous sentons parfois un peu à l’étroit dans notre logement d’une pièce.»

168 appartements sociaux

Entre 2007 et 2013, dans le cadre du projet Social Housing in Supportive Environments (SHSE), la DDC a financé la construction de dix-neuf bâtiments dans sept villes, ce qui représente un total de 168 appartements. C’était une nouveauté pour la Géorgie, où il n’y avait pas de logements sociaux avant 2007. Les bâtiments appartiennent aux autorités municipales. Celles-ci les mettent gratuitement à disposition des personnes déplacées qui ne peuvent se permettre de louer un appartement. Le projet soutient les efforts du gouvernement, qui a décidé officiellement en 2007 d’améliorer la situation des déplacés internes. «L’objectif du SHSE est d’accélérer la fermeture des abris de fortune et de faire connaître aux autorités le modèle des appartements sociaux», explique Patrik Olsson, responsable du programme de la DDC dans le Caucase du Sud. Ces logements ne sont pas destinés qu’aux réfugiés de guerre. Les personnes âgées dans le besoin, les sans-abri et les travailleurs occasionnels peuvent également en profiter. Bien que le secteur de la construction soit en plein boom, ces groupes de population n’ont quasi aucune chance de trouver à se loger sur le marché libre. Gocha Khufatsaria, 51 ans, est de ceux qui n’ont pas pu faire face à la hausse des loyers. Son emploi de chauffeur de bus lui rapporte dix laris (quatre francs suisses) par jour – à condition qu’il trouve du travail. (...)

Pour les sans-abri

Une fois terminée la phase de construction, en 2013, la DDC s’est attelée à convaincre les autorités géorgiennes qu’il était nécessaire de mettre à disposition des logements sociaux. Avec un certain succès. Ainsi, le Ministère de l’économie et du développement durable a adopté les normes de construction mises au point par la DDC pour la Géorgie. L’architecte bernois Rolf Grossenbacher a accompagné cette dernière phase du projet, qui s’est achevée en avril 2015. «Je suis confiant en ce qui concerne l’avenir de cette prestation dans le pays. La commune de Bolnisi, par exemple, a converti une ancienne caserne de police en logements sociaux», indique-t-il. La Géorgie n’a toutefois pas encore adopté une politique d’aménagement du territoire.

Cela pourrait avoir des répercussions négatives sur la construction de logements sociaux, craint l’expert: «L’entière responsabilité repose sur les communes, qui n’ont souvent pas assez d’argent pour financer de tels projets.»

Tamuna Tsivtsivadze, chargée de programme au bureau suisse de coopération à Tbilissi, la capitale, se montre également optimiste, mais avec réserve. La construction des bâtiments a presque été, selon elle, la partie la plus facile: «Le travail de persuasion, en revanche, est difficile, en raison notamment des rapports de force politiques en perpétuelle mutation dans le pays. Ce que la DDC a accompli jusqu’ici est révolutionnaire, vu les conditions qui prévalent en Géorgie.»

Une nouvelle initiative du Ministère du travail, de la santé et des affaires sociales est, elle aussi, porteuse d’espoir: baptisée «Overcoming Homelessness», elle vise à bâtir des logements pour les sansabri dans l’ensemble du pays. «Nous voulons utiliser cette occasion pour inscrire notre projet à l’agenda politique du gouvernement», se promet Tamuna Tsivtsivadze. Si le ministère devait se montrer réceptif, cela constituerait un énorme progrès pour le logement social en Géorgie et une garantie que l’engagement de la Suisse aura un effet à long terme. C’est d’ailleurs exactement ce qui se passe en Serbie, où le logement social connaît un petit boom depuis le bou- clement des projets SHSE.