Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

LE MESSAGE DE L'ASLOCA - Dans le mille

Suisse Romande, 1 décembre 2016

A peine l a récente étude du bureau privé Wüest & Partner publiée, les médias se sont déchaînés! Articles à la une dans la presse écrite, sujet sur les ondes radiophoniques de la RTS et même saint Darius y consacre un sujet au 19:30 le jour de sa présentation au public. Partout on entend: les loyers baissent! Les locataires deviennent les maîtres du jeu! Réjouissez-vous, les locataires! Ah bon.

Dans la vraie vie – comme disent mes filles pour distinguer la réalité dans laquelle elles vivent et le monde virtuel des jeux électroniques – il n’y a pas eu et il n’y a pas de baisse de loyer! Cela est d’ailleurs clairement établi par les statistiques officielles publiées par le très sérieux Office fédéral de la statistique. Les loyers augmentent inexorablement depuis des décennies et ne baissent pas.

Le bureau Wüest & Partner le souligne dans son étude: le taux de référence pour la fixation des loyers a baissé de 3,5% à 1,75% depuis 2008 et cela aurait dû entraîner une baisse des loyers de 17,4%. Mais cela ne s’est pas traduit dans les faits.

Alors comment expliquer ce ramdam médiatique? Tout simplement parce que Wüest & Partner parle de la baisse des «angebotene Miete», c’est-à-dire les «loyers offerts à la location ». Ce sont les loyers indiqués dans les annonces de location paraissant dans la presse ou sur les sites Internet des gérances. En d’autres termes, ce sont les loyers du marché – non conformes aux règles du Code des obligations – que réclament les bailleurs lors d’une nouvelle location.

Ce n’est donc pas le loyer que vous et moi payons chaque mois, mais celui que vont devoir payer les nouveaux locataires et pas n’importe lesquels parce que ces «loyers offerts à la location» ne concernent que certaines catégories de logements. C’est pudiquement dit. Mais il s’agit essentiellement d’objets de standing, voire de haut standing. Donc pas pour les logements que vous et moi occupons. Ce qui fait très justement dire à Hervé Froidevaux, de Wüest & Partner: «Il y a toujours un besoin de logements abordables, surtout dans les grandes villes.» Bravo! L’ASLOCA, avec son initiative pour «Davantage de logements abordables», qu’elle vient de déposer, a visé juste, dans le mille.