Asloca Association Suisse des locataires - Section romande

GENEVE - Etre jeune et pouvoir se loger: Les jeunes en formation ont aussi des droits

Genève, 1 décembre 2016

Tous les locataires ont les mêmes droits, y compris les jeunes qui sont encore aux études.

Les institutions chargées de la formation supérieure mettent en avant, à l’occasion de chaque rentrée universitaire, les mérites des enseignements qu’elles dispensent et la réussite professionnelle de leurs diplômés. Elles communiquent, en revanche, beaucoup moins sur les conditions dans lesquelles les jeunes en formation doivent assumer leur parcours académique alors que ces conditions ont un impact important sur leur choix de formation, leur cursus et leur réussite.

Se loger est primordial

La capacité de se loger, dans quelles conditions et à quel prix, est une question déterminante pour chaque étudiant et qui est pourtant considérée comme marginale par les collectivités publiques et, de manière générale, par les universités et les hautes écoles. Depuis plusieurs années, à défaut de véritable politique en matière de construction de logements pour étudiants, l’Université de Genève se borne à faire des appels au bon coeur de la population.

Besoin de 3000 logements pour étudiants à Genève

Il n’existe pas de statistiques précises sur la demande à Genève en logement des jeunes en formation. Or, pour répondre à un besoin, il faut en comprendre l’ampleur. Globalement, le département chargé du logement (DALE) considère qu’environ 3000 logements supplémentaires seraient nécessaires. Malgré ce constat, les moyens mis à la disposition du Conseil d’Etat pour la réalisation de logements pour étudiants sont presque épuisés. En 2002, le Grand Conseil avait affecté 10 millions de francs à cet effet. Moins de 600 logements ont pu être réalisés grâce à cela. Pour poursuivre cet effort, les députés socialistes et verts ont tenté, à deux reprises lors de la dernière législature, d’obtenir des fonds supplémentaires, mais en vain. La majorité parlementaire a refusé la construction de logements pour étudiants indispensables pour soutenir la place que Genève tient dans le domaine académique aux niveaux national et international. C’était oublier que les candidats aux études à Genève sont surtout dissuadés d’y venir à cause de l’absence de logements et du coût exorbitant de ceux-ci. La question politique du logement des jeunes en formation est pourtant aujourd’hui politiquement au point mort.

Abus des bailleurs

Cette pénurie offre par ailleurs un boulevard aux bailleurs pour exploiter cette catégorie de locataires pour beaucoup précaires. Le syndicat des étudiants de l’Université de Genève, la CUAE, a dénoncé les contrats que certains bailleurs ayant pignon sur rue faisaient signer aux étudiants. Ces propriétaires tentent de s’extraire du cadre prévu par le droit du bail pour contourner la protection contre les congés et contre les loyers abusifs. De même, ils imposent à leurs locataires, pourtant majeurs, des visites impromptues des logements à la manière des foyers pour adolescents et qui semblent constituer une violation de domicile.

L’ASLOCA rappelle aux étudiants que la loi leur accorde les mêmes droits qu’à tous les locataires et que son secrétariat juridique est à disposition pour les aider à se défendre.

Ajouter un commentaire